Infopaix

La page Infopaix est consacrée à l’actualité liée aux guerres impérialistes menées par les États-Unis, l’UE et l’OTAN au Moyen-Orient. Le but est de rassembler les informations et les analyses utiles pour mieux comprendre les positions géopolitiques et les manœuvres guerrières de l’Occident dans cette région. A cause de l’urgence de la situation et des dangers encourus par le peuple syrien en résistance contre le néo-colonialisme, nous commençons d’abord par nous intéresser à la Syrie, pays sur lequel sévissent les attentats et les attaques des mercenaires à la solde des forces étrangères.

SYRIE/MOYEN-ORIENT

ARTICLES

Année 2013

Le pape demande une journée de prière et de jeûne pour la Syrie / 1 septembre / La Croix

Le pape François a annoncé dimanche 1er septembre que le samedi 7 septembre serait une journée de jeûne pour la paix en Syrie. Lors de l’Angélus place Saint-Pierre, il a condamné l’usage des armes chimiques et réitéré son opposition à une intervention armée.

Poutine trouve absurdes les affirmations sur l’utilisation des armes chimiques en Syrie / 31 août/ La Voix de la Russie

« Dans les conditions des attaques de l’armée syrienne, insister sur le fait que les armes chimiques ont été utilisées par le gouvernement syrien – c’est absurde », a indiqué le président russe Vladimir Poutine dans un entretien lors de sa visite à Vladivostok.

/ 31 août / Le Point

Le Point : La France soutient l’intervention américaine en Syrie. Avez-vous été consulté par François Hollande ? Valéry Giscard d’Estaing : Non, je n’ai pas été consulté. Si je l’avais été, j’aurais dit que je n’étais pas favorable à la participation de la France à l’opération militaire américaine envisagée contre la Syrie.

64% des Français contre une intervention militaire en Syrie / 31 août / Le Journal du Siècle

Selon un sondage réalisé par l’institut BVA pour i > télé – CQFD – «Le Parisien» et «Aujourd’hui en France», 64% des Français sont hostiles à une participation de notre pays à une intervention militaire (64 %) contre le régime de Bachar al-Assad.

Syrie: des rebelles d’al-ghouta reconnaissent avoir mal manipulé des armes chimiques / 30 août / Infowars.com

Des Rebelles syriens dans la Ghouta , banlieue de Damas, ont reconnu à Dale Gavlak, journaliste à l’Associated Press, qu’ils étaient responsables de l’incident d’armes chimiques de la semaine dernière et que les puissances occidentales ont attribué aux forces de Bachar Al-Assad, révélant que les victimes résultaient d’un accident causé par une mauvaise manipulation par les rebelles des armes chimiques qui leur ont été fournies par l’Arabie saoudite.

Des experts militaires expliquent pourquoi les Etats-Unis hésitent à s’engager dans le conflit syrien / 30 août / Algérie Patriotique

Alors qu’on s’attendait à une attaque dans la nuit de jeudi à vendredi, l’intervention militaire des Etats-Unis et de la France est, semble-t-il, reportée. Finalement, rien ne se fera avant de connaître les conclusions de la commission d’enquête de l’ONU sur les circonstances dans lesquelles l’arme chimique aurait été utilisée.

Les responsables religieux unis contre une intervention militaire en Syrie / 29 août / La Croix

Les prise de position des Eglises dans le monde contre une intervention militaire en Syrie se multiplient. Après les propos du pape François dimanche 25 août sur le sort alarmant de la Syrie, les prises de position contre une intervention armée se multiplient au sein des Églises. Et ce, au moment où l’attaque prévue par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France contre le régime de Bachar Al Assad semble imminente.

Guerre Iran-Irak : la CIA renseignait Saddam Hussein, malgré les armes chimiques / 27 août / Le Figaro

Dans les années 1980, Washington a fourni des renseignements à Bagdad sur des préparatifs d’offensives iraniennes sachant pertinemment que l’Irak y répondrait par des attaques chimiques, révèle le magazine Foreign Policy.

« Du gaz naturel au gaz sarin… le fond du bourbier syrien » / 20 août / Investig’Action

Exagérons nous lorsque nous affirmons que le couple gaz-pétrole est bien le sang de notre planète et que les pipelines et autres gazoducs qui en transportent sont les artères de ce globe. Ainsi, Pourrait-on aussi soutenir que nos crises pétrolières ou gazières ne sont autres que des crises cardiaques de notre belle terre bleue ! Et qu’une crise cardiaque est bien dangereuse, voire mortelle ! Peut-on affirmer le contraire ?

« L’Occident joue avec le feu en Syrie » / 19 août / Investig’Action

Raimundo Kabchi est avocat et un bon connaisseur des questions internationales. Libanais de par sa naissance, depuis 52 ans sa patrie est le Venezuela, comme il le fait remarquer. Durant de nombreuses années, Kabchi a exercé en tant que conseiller du président Hugo Chavez pour les sujets liés au Proche Orient, ce qui fait de lui une référence pour se renseigner sur cette région du monde qui demeure agitée depuis assez longtemps.

Sayed Nasrallah: « Tout le Hezbollah prêt à se rendre en Syrie » / 16 août

Selon lui, si la bataille contre ces takfiris nécessite que tout le Hezbollah aille en Syrie, « moi et tout le parti irons là-bas », précisant qu’une guerre pareille sera moins couteuse que de les attendre venir à nos régions pour massacrer nos familles. S’exprimant devant des milliers de partisans via un écran géant depuis le village de Aïta Chaab au Sud Liban, à la frontière avec la Palestine occupée, à l’occasion du septième anniversaire de la victoire de 2006, Sayed Nasrallah a appelé les familles sinistrées à la patience et à éviter toute réaction hâtive qui entraine le pays dans une guerre sectaire.

Entretien avec Ammar Bagdash, secrétaire du Parti communiste syrien / 13 août

Pourquoi cette attaque contre la Syrie ? La Syrie constitue une digue contre l’expansionnisme nord-américain au Moyen-orient, surtout après l’occupation de l’Irak. Mais le véritable protagoniste de ce projet se trouve être en réalité le président israélien Peres, qui poursuit cet objectif depuis les années 1980. Les communistes syriens ont donné un nom à ce projet : la grande Sion. La Syrie a refusé tous les diktats des Etats-unis et d’Israel au Moyen-orient, a soutenu la résistance irakienne, celle libanaise et le droit national du peuple palestinien.

Une défaite de l’impérialisme qui ridiculise la diplomatie Française / 4 juillet / Olivier. R (PRCF)

Tout porte à croire que la prise de Al-Qousseïr par l’Armée arabe syrienne a représenté début juin un événement comparable à la bataille de Cuito-Carnavale qui scella le sort de l’Apartheid voici 25 ans. Comme dans toute guerre civile, cette victoire n’a pas que des causes militaires. Il n’y a pas aujourd’hui d’alternative crédible au pouvoir syrien qui soit de nature à garantir la quasi-intégrité du territoire de ce pays (sous réserve d’une partie qui demeure occupée par Israël) et la coexistence pacifique des populations qui le composent. La contre-révolution à l’Est et les programme d’ajustement n’ont pas annihilé la capacité de résistance de certains Etats et des peuples du « tiers-monde ». Sur le plan militaire, la page d’histoire ouverte voici près de 60 ans par la chute de Dien Bien Phu n’est pas encore refermée. On ne saurait assez le souligner !

Communiqué de la conférence du Comité Central du Parti Communiste Syrien /30 juin

Au cours des débats à propos de la situation politique le Comité central  fait observer  que  l’enchaînement des événements a bien confirmé ce qui avait été annoncé par le Parti Communiste Syrien, depuis le début des événements, que la   résistance est non seulement un devoir, mais qu’elle est possible. Le fait principal en cette  résistance est que les masses du peuple syrien honorant le patriotisme,i sont prêtes à payer le prix le plus fort dans le but de défendre l’indépendance nationale, et  c’est prouvé par les faits de l’histoire syrienne contemporaine, c’est reconnu aujourd’hui avec le sang des martyrs  des fils des travailleurs et des paysans aussi bien dans les villes que dans les campagnes, qui irrigue terriblement l’autel de la souveraineté nationale et de la dignité.

L’aventure syrienne du président Morsi /25 juin / Ahmed Bensaada

Bien des siècles plus tard, le président Morsi se retrouve dans une situation analogue. Il aurait bien aimé mener une campagne punitive contre le président Bachar, ramener sa dépouille ainsi que celles de quelques uns de ses proches pour les exhiber comme trophée de guerre sur la place Tahrir. Suivant les courbes de son fleuve mythique, il aurait ensuite sillonné le pays vers le sud, traînant avec lui les restes du président syrien, traversé les frontières et atteint les rives lointaines du lac Tana où nait le Nil bleu pour montrer aux Éthiopiens qui est le vrai maître des eaux du Nil.

Syrie : pas de gaz sarin selon des experts US /15 juin/Matthew Schofield

Selon des experts indépendants états-uniens et européens spécialistes des armes chimiques et bactériologiques, le rapport de l’administration Obama sur l’utilisation de gaz sarin par les troupes d’Assad serait sujet à caution. Ceux-ci contestent les conclusions du rapport et n’ont pas retrouvé de preuves de l’utilisation du gaz sarin dans ce dossier (Sarin gas use doubted. Experts don’t see evidence).

Le rapport de la mission des observateurs arabes en Syrie du 24.12.2011 au 18.01.2012 / Rappel

Le Secrétariat général a demandé aux États membres et aux organisations non gouvernementales arabes de notifier les noms des candidats devant rejoindre la Mission d’observation en Syrie. Et à la lumière de cette procédure, la Mission d’observation des observateurs de la Ligue arabe est constituée – à ce jour -  par 166 membres en provenance de 13 pays arabes et de six organisations non gouvernementales arabes concernées.

Syrie : des milliards de dollars aux rebelles pour sécuriser un gazoduc / 30 mai

Le richissime Qatar soutient les rebelles syriens opposés au président Assad. L’enjeu n’est ni politique, ni démocratique, mais plutôt un gazoduc à destination de l’Europe. Selon le quotidien britannique Financial Times du 17 mai dernier, le Qatar aurait, au cours de ces deux dernières années, apporté un soutien financier de trois milliards de dollars à « la révolte syrienne ». Le Qatar offre à chaque déserteur du régime Assad une prime de 50 000 dollars. Le Financial Times aurait également recueilli des dizaines de témoignages sur le rôle du Qatar auprès de chefs rebelles en Syrie et à l’étranger, mais aussi de fonctionnaires gouvernementaux dans la région et en Occident.

Syrie : Attaque chimique contre un secteur loyaliste. L’Occident nie les faits / 25 mars / Bahar Kimyongür

Selon l’officine syro-britannique de propagande pro-rebelle appelée Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), il y aurait eu 26 morts dont 16 soldats gouvernementaux et 86 blessés suite à l’attaque survenue le 19 mars à Khan Al ‘Assal, quartier du sud-ouest d’Alep. D’après une source hospitalière, ce bilan risque de s’alourdir en raison de l’inhalation de gaz toxiques par la population civile et par les soldats. De leur côté, les protecteurs occidentaux de la rébellion anti-syrienne préfèrent nier l’évidence.

Libye : ce sont les rebelles qui bombardaient, pas Kadhafi / 20 mars / Simon de Beer

Hélicoptères d’assaut MI-35 avec mitrailleuses et paniers de roquettes, avions de chasse Mig-23, voilà le genre d’arsenal avec lequel les rebelles libyens ont mené à bien leur « révolution démocratique ». Alors qu’il est désormais établi que Kadhafi n’a pas bombardé sa population, force est de constater que les rebelles ne se sont pas privés, de leur côté, de bafouer la « no-fly zone » imposée par l’ONU.

En Syrie, armes à double tranchant / 19 mars / Philippe Leymarie

Mais qu’est-ce qui leur prend ? François Hollande et Laurent Fabius, qui se sont déjà distingués par des prises de positions sans nuance sur le sens de l’opération Serval au Mali, rivalisent à nouveau d’ardeur guerrière à propos cette fois du front syrien… qu’ils rêvent d’alimenter en armes.

USA : Vers l’intervention militaire directe en Syrie / 5 mars / Ben Schreiner

Bien que le président Obama l’année dernière ait rejeté une proposition du Département d’Etat, du Pentagone et de la CIA pour armer directement les combattants rebelles syriens, son administration se rapproche une fois de plus de l’option de l’intervention directe dans la guerre syrienne.

Syrie : le soutien militaire direct des puissances impérialistes occidentales aux rebelles se précise / 5 mars / AC pour solidarité internationale pcf

Coordonnée par la visite diplomatique du secrétaire d’Etat John Kerry, la position officielle des puissances impérialistes occidentales s’est précisée cette semaine dans le sens d’un soutien militaire direct à la rébellion syrienne.

Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ? /1er mars / Capitaine Martin

Les relations entre la Turquie et Israël sont en train de prendre un nouveau cours : la raison d’État cède désormais la place aux affaires. Après avoir rompu tout lien diplomatique à la suite de l’arraisonnement par des militaires israéliens du navire turc Navi Marmara en 2010.

Seuls contre tous, les communistes turcs mènent campagne contre le déploiement des missiles Patriot visant la Syrie / 25 janvier / AC pour solidarité internationale pcf

Seul contre le consensus dominant nationalistes-islamistes, le Parti communiste turc (TKP) mobilise ses forces militantes depuis plusieurs mois pour sensibiliser l’opinion turque et construire un mouvement d’opposition de masse aux manœuvres de l’OTAN en Syrie.

Exclusif : Plus de 65.000 mercenaires combattent en Syrie / 13 janvier / Khidr Omar

La légion étrangère islamiste, financée par le Qatar et l’Arabie Saoudite, est composée de plus de 65.000 mercenaires islamistes, selon des confidences recueillies dans l’entourage de Lakhdar El Ibrahimi, l’envoyé spécial de l’ONU en Syrie et corroborées par des sources diplomatiques arabes présentes à Beyrouth et à Amman.

Quelques réflexions sur l’internationalisme et l’anti-impérialisme, à propos d’échanges récents sur la Syrie / 1 janvier/ Georges Gastaud

Il ne s’agit pas de s’aligner sur le « régime » Assad, comme ils disent, car le choix d’un régime relève de chaque peuple en vertu du « droit des nations à disposer d’elles-mêmes »

Année 2012

Une intervention humanitaire en Syrie, il y a 150 ans / 5 novembre / Pascal Herren / Le Temps

En 1860, un corps expéditionnaire français met le cap sur la Syrie, où un épouvantable massacre intercommunautaire vient de se produire. La paix reviendra vite, l’intervention est un succès. Mais ses intentions cachées sont moins nobles… Un cas qui résonne, de façon tragique, avec l’actualité. Par Pascal Herren, doctorant en droit à l’Université de Genève.

Libye : Une année plus tard, la guerre est loin d’être terminée / 29 octobre / Horace Campbell

Le 23 octobre, il y a une année depuis que le président du Conseil National de Transition a déclaré que la libération de la Libye était chose faite. Quelques jours plus tard, le secrétaire général de l’OTAN, le général Anders Fogh Rasmussen déclarait que la mission de l’OTAN en Libye était terminée, ajoutant que « c’était une des plus réussies dans la longue histoire des réussites de l’OTAN ».

La Turquie est déjà en guerre contre la Syrie, selon les communistes turcs (TKP) / 22 octobre / TKP

Il n’y a aucune définition communément acceptée de la guerre. C’est vrai également en termes de droit international. Des concepts purement descriptifs comme ceux d’« état de guerre » et « déclaration de guerre » sont insuffisants.

La responsabilité de protéger : de quoi s’agit-il vraiment ? / 13 octobre / Le collectif échec à la guerre

Le 19 mars 2011, le Canada a donné un rôle de combat à ses troupes en Libye dans le cadre d’une intervention pilotée par l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) pour « protéger les civils et les zones d’habitation libyennes contre les forces du régime de Mouammar Kadhafi » au nom de la défense des droits humains. C’est un québécois, le lieutenant-général Charles Bouchard, qui a commandé la mission. Quelques mois plus tard, les images de ce qui avait toutes les apparences d’une exécution sommaire du dictateur ont fait le tour du monde.

Entretien avec le secrétaire-général du Parti communiste syrien Ammar Bagdache / 8 octobre / Solidarité internationale PCF

Ernesto Gómez Abascal : Comment le Parti Communiste de Syrie (PCS) juge t-il le gouvernement de Bachar Al Assad ?

Ammar Bagdache : Pour le Parti Communiste de Syrie, c’est un gouvernement patriotique, anti-impérialiste et antisioniste, malgré qu’il applique un modèle économique clairement capitaliste. Même si le Parti Baas, qui était et est toujours la force dirigeante du gouvernement, a proclamé le socialisme arabe en Syrie, il n’est pas socialiste au sens marxiste du terme. Cependant, le PCS fait partie du Front Progressiste composé aujourd’hui de 10 partis.

Les communistes suisses dénoncent l’hypocrisie de la « neutralité » suisse avec un gouvernement qui finance indirectement la guerre civile en Syrie / 4 octobre / Parti communiste du Tessin

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a alloué 50 000 € pour les dépenses logistiques des réunions à Berlin destinées à préparer l’opposition syrienne à un éventuel départ du président de la République arabe de Syrie, Bashar al-Assad. Concrètement, Berne aide explicitement des groupes fondamentalistes islamistes à prendre le pouvoir par la voie armée dans un pays qui n’a rien fait de mal au peuple suisse.

Qatar : Une monarchie adulée par la République / 2 octobre / Jean-Pierre Dubois / Le petit blanquiste

Premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, le Qatar dédie son riche fonds souverain à des achats tous azimuts hors de ses frontières, particulièrement en France.

Intal interview Norman Finkelstein  / 1er octobre / Intal

Le 22 septembre, Norman Finkelstein était en Belgique afin de participer au débat sur le Moyen-Orient organisé par intal dans le cadre de Manifiesta. Nous en avons profité pour nous entretenir avec lui sur la Palestine, le rôle d’un mouvement de solidarité et l’impact du Printemps arabe sur le conflit israelo-palestinien.

La lutte et les défis des peuples arabes : intervention du Parti communiste libanais à la Fête de l’Avante /25 septembre / Marie Nassif-Debs

Le Monde arabe se trouve aujourd’hui à un croisement de chemins que certains historiens comparent à celui dans lequel les peuples arabes furent placés durant les années Cinquante (et, même, Soixante) du XXème siècle, à la suite de la « Nakba » du peuple palestinien et de la partition, par l’ONU, de la Palestine en deux Etats, dont l’un (la Palestine) ne vit pas le jour tandis que l’autre (Israël), créé de toutes pièces, continue à s’agrandir par les guerres, les agressions et, surtout, les colonisations.

Le dernier rapport de la Commission CoI (sur mandat du Conseil des droits de l’homme) sur la Syrie tire des conclusions sans vraies preuves, sur la base de témoignages d’une seule fraction de la population syrienne /13 septembre / Marinella Correggia / Sibia Liria

Une solution négociée à la tragédie syrienne à partir du cessez-le-feu est nécessaire pour que cesse le bain de sang et le que le peuple syrien puisse s’exprimer sur son futur dans la paix et sans ingérences. Mais les plans de paix ont été boycottés par la participation militaire indirecte au conflit de la part de puissances extérieures, sous forme d’appui en armes, argent, conseiller militaire, combattants aux oppositions armées dans leur lutte pour le pouvoir.

Les germes de l’offensive impérialiste contre la Syrie : corruption, néo-libéralisme, « capitalisme parasitaire » et affaiblissement de la base populaire du régime syrien / 31 août / Kenny Coyle /quotidien du PC Britannique

La corruption, le néo-libéralisme et le « capitalisme parasitaire » ont affaibli la base de soutien populaire du Parti Baath – mais il s’agit désormais d’une guerre internationale. Dans les décennies suivant l’arrivée au pouvoir d’Hafez al-Assad, dans les années 1970, le système politique et économique Syrien a semblé garantir la stabilité et l’indépendance du pays. La version Baathiste du « socialisme Arabe » a maintenu le pays hors de portée des griffes de l’Occident, sa position anti-israélienne en a fait une puissance régionale et Arabe de premier plan et son secteur public a également permis au pays d’améliorer ses conditions de vie et de mener à bien sa modernisation.

Fabius : Docteur Folamour / 31 aout / Jean-Pierre Dubois / Le petit blanquiste

Tout le monde se souvient de DOCTEUR FOLAMOUR, ce film de Stanley Kubrick, où l’on voit un général nord-américain passablement paranoïaque lancer ses bombardiers aux soutes chargées de bombes nucléaires vers des cibles d’Union soviétique. L’engrenage d’un cataclysme mondial est alors en route… Fabius ressemblerait-il à ce psychopathe ?

Un compte-rendu de l’Assemblée du Conseil mondial de la paix à Katmandou: « Faire converger les luttes pour mettre en échec les guerres impérialistes » / 29 août / Ilda Figueiredo / PCP

Faire converger la défense de la paix et la lutte contre l’impérialisme, par le progrès économique et social, c’est le défi posé aux peuples, explique Ilda Figueiredo, présidente du Conseil portugais pour la paix et la coopération (CPPC), dans une interview accordée à Avante ! Ce fut une des conclusions centrales de l’Assemblée du Conseil mondial de la paix, qui s’est tenue du 20 au 23 juillet à Katmandou, au Népal.

La guerre en Syrie et l’US-connection / 16 août / Bert De Belder / Ptb

Les combats se poursuivent en Syrie et aucune solution ne semble se dessiner. Alors que certains persistent à qualifier l’opposition de pacifiste, d’autres affirment que l’immixtion et le soutien de l’Occident empêchent toute solution. Mais de quoi est constituée l’opposition syrienne ? Et d’où proviennent leurs armes et leur financement ?

L’intervention étrangère n’est pas la solution, mais fait partie du problème / 14 août / Marco Franssen, Marc Botenga / Intal

Depuis quelques semaines, les grandes puissances se marchent les unes sur les autres pour promettre «l’aide non-mortelle» aux groupes armés syriens. En réponse à un article d’opinion publié dans De Standaard le mercredi 8 août, et qui demande encore plus d’ingérence, Mario Franssen (intal) et Marc Botenga (Médecine pour le Tiers Monde) écrivent l’opinion suivante.

Agitprop occidentale sur la Syrie, un art où rien n’est laissé au hasard / 13 août / Bahar Kimyongur / Investig’action

Il faut le reconnaître : en affaires intérieures comme en géopolitique, nos médias, nos intellectuels et nos stratèges mainstream manient à merveille l’art pour ne pas dire l’arme de la rhétorique inversée. A vouloir en découdre à tous prix avec le gouvernement de Damas d’une part et purger l’espace public des voix critiques et dissidentes sur le conflit syrien d’autre part, ils n’ont pas peur de verser dans l’idéologie, la propagande et le militantisme dignes des troupes de théâtre soviétiques d’agitprop. On trouvera bien sous leur plume une touche autocritique de ci de là pour se donner des airs pluralistes et libertaires. Mais consciemment ou pas, ils nous resservent la vieille soupe habituelle dans leur gamelle de soldats du système. Coup de projo sur la guerre des mots menée par nos « experts » embedded en Syrie. Sans blindé et sans camouflage.

La Syrie est en guerre / 31 juillet / Albano Nunes (PC portugais) / Solidarité Internationale PCF

La Syrie vit des moments dramatiques pour son peuple. Les combats touchent désormais les principales villes du pays, Damas tout d’abord puis Alep, la capitale économique de la Syrie. Par la frontière avec la Jordanie, entrent des dizaines de milliers de mercenaires(40 à 60 000 ces derniers jours, selon certaines sources) recrutés dans des pays comme la Libye et l’Afghanistan, nombre d’entre eux appartenant à des groupes terroristes.

VIDEOS 2013

Syrie : Les manifestations anti guerre se multiplient ( 30 août 2013 Euronews)

 

Manif à Paris contre la guerre en Syrie (31 août 2013)

 

Le prix nobel de la paix Barack Obama a été accusé d’être un « criminel de guerre » (« war criminel ») au Parlement irlandais par la député Clare Daly ex-membre du parti socialiste Teachta Dala.  Clare Daly, après avoir raillé l’accueil en Irlande du G8 et de la famille d’Obama, a décrit les « crimes de guerre » d’Obama en l’occurrence « sa décision de fournir des armes à la rébellion syrienne, y compris les djihadistes (se réclamant d’Al-Qaïda, ndlr) pouvant contribuer à déstabiliser toute la région ». Elle a ajouté : « C’est l’homme qui bloque les pourparlers de paix de Genève en renforçant l’opposition syrienne et en leur donnant des armes » puis a évoqué les dizaines de milliers de personnes qui perdront la vie ou seront déplacées. Elle a aussi mis en cause Obama pour avoir « facilité l’augmentation de 200% de l’utilisation des drones qui ont tué des milliers de gens, y compris des centaines d’enfants. » Elle a demandé aussi quelles seraient les mesures préconisées par le gouvernement irlandais pour empêcher l’armement des rebelles syriens contrevenant aux lois de neutralité de l’Irlande, pour avoir une politique étrangère indépendante de l’impérialisme US, pour lutter contre les « méthodes d’extermination » d’Obama au travers de l’utilisation des drones. S’en est suivi un échange de haut vol entre Clare Daly et le Premier ministre Enda Kenny au Parlement irlandais (voir la vidéo).

Source: MEDIAPART; The Irish Times: Daly attacks ‘slobbering’ over Obamas

 

Témoignage de M. Ahmed Manaï, président de l’Institut tunisien des relations internationales (ITRI) et observateur de la Ligue arabe en Syrie, sur la crise en Syrie. Genève le 12 /06/ 2013. Ahmed Manaï, Tunisien, ancien expert international auprès de l’ONU, faisait partie des 166 observateurs en provenance de 14 pays arabes et de 6 organisations non gouvernementales arabes envoyés en Syrie à la suite d’une décision de la ligue arabe en décembre 2011. Le 12 juin dernier (2013), à l’université de Genève, il livrait ce témoignage édifiant.

 

Syrie, ce que les médias ne vous disent pas (conférence à Genève du 1er mars 2013)

Carnets de Syrie (documentaire russe vostfr sur la guerre en Syrie)

 

PRISES DE POSITION

Année 2013

du PRCF / 31 août

de Faire Vivre le PCF, la Gauche communiste, le PRCF /  27 août

de la commission exécutive du PRCF / 7 juin

du Parti communiste libanais/ 23 janvier

des communistes iraniens du Tudeh / 13 janvier

du Parti communiste Belge / 1er janvier

Année 2012

de la  Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD) / 26 octobre

de la Coordination Internationale NON-A-LA-GUERRE/NON-A-L’OTAN sur la Syrie / 18 octobre

de 64 partis communistes et ouvriers réaffirment leur « opposition à toute action militaire contre l’Iran » / 7 octobre

du Rocml / 16 septembre

du Cercle Communiste d’Alsace / 10 septembre

du Parti communiste canadien (PCC) / 5 septembre

de Gregorio III Laham, Patriarche d’Antioche et de l’Orient, d’Alexandrie et Jérusalem / 4 septembre

du Parti Tudeh iranien / 3 septembre

de Socorro Gomes (présidente CMP) / 16 août

du Pôle de renaissance communiste en France / 16 août

de Jean-Pierre Chevènement / 15 août

de la Jeunesse communiste suisse / 15 août

du Parti communiste de Grèce (au Parlement Européen) / 13 août

du Parti algérien pour la démocratie et le socialisme / 10 août

du Parti suisse du travail / 10 août

du Parti communiste d’Israel / plus / 10 août

du Conseil mondial de la paix (english) / 23 juillet

de Hugo Chavez / 19 juillet

de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique et du Conseil mondial de la paix / 15 avril

VIDEOS 2012

(EN ESPAGNOL) Entrevista con el viceprimer ministro de Siria, Qadri Jamil / 23 août / RT

¿Es posible cesar la violencia en Siria? ¿A quién podría interesarle que se prolongue el derramamiento de sangre en ese país? ¿Qué podría modificar el veto de Rusia y China en el Consejo de Seguridad de la ONU? En “Entrevista” con RT, Qadri Jamil, viceprimer ministro de Siria, da respuestas a estas y otras interrogantes…

Lakhdar Brahimi, nouveau médiateur international pour la Syrie / 20 août / François Picard / France24

Entretien avec Lakhdar Brahimi, diplomate algérien qui succède à Kofi Annan au poste de médiateur international pour la Syrie. Dans son appartement parisien, il répond à François Picard sur les dysfonctionnements au sein de l’ONU, le départ des observateurs de Damas et le futur de la Syrie.

Le syrien Bassam Tahhan dénonce l’ingérence étrangère en Syrie et l’intox des media occidentaux / 6 août / France Info

Bassam Tahhan, professeur-chercheur arabisant en France, dénonce l’ingérence étrangère de l’ONU, Fabius et Obama en Syrie et l’intox des media occidentaux partisans des rebelles armés par l’Arabie saoudite et le Qatar, et soutenus par la Turquie, candidate à l’entrée dans l’Union européenne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre − = 3

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>