Le chauffeur de bus qui s’est immolé avait été licencié malgré son immunité syndicale

Marco Antonio Cuadra Saldías s’est aspergé d’essence et s’est immolé. Ses camarades ont éteint les flammes avec des extincteurs. Il avait averti de son action radicale sur un message de WhatsApp.

chofer-bonzo_8618Il était 7h00 du matin , quand Marco Antonio Cuadra Saldías, chauffeur de Transantiago s’est aspergé d’essence et s’est immolé par le feu devant les autres travailleurs de l’entreprise RedBus dans le dépôt situé dans la commune de Huechuraba . Ses compagnons ont éteint les flammes avec des extincteurs.

Le dirigeant syndical est hospitalisé à l’Hôpital San Jose dans l’unité des soins intensifs avec 90% de son corps brûlé.

« Nous sommes choqués parce que c’était terrible de voir quelqu’un brûlé vif. Il a dit faire cette action pour nous, pour les camarades, c’est un syndicaliste ( … ) si nous n’avions pas été là, il aurait brûlé vif » , dit l’un des conducteurs interrogés par Chilevisión.

Suite à une rencontre avec Luis Cofré, représentant du syndicat n°5 de RedBus, la ministre du Travail, Javiera Blanco, a déclaré : « Il est très douloureux que quelqu’un au Chili prenne une décision de cette nature pour des raisons de travail. Le gouvernement veut, et la présidente Michelle Bachelet l’a dit dès la première minute, avancer pour que chaque jour les droits des travailleurs soit davantage reconnus et respectés. C’est pour cela qu’aujourd’hui nous sommes engagés dans une énorme réforme du travail qui va nous permettre de donner plus de force aux droits collectifs des travailleurs. »

Elle a ajouté que « d’abord je transmets un message d’accompagnement et de douleur à sa famille et, en second lieu, aujourd’hui nous nous sommes réunis avec les dirigeants pour analyser la situation des travailleurs de l’entreprise. Je pense que la chose la plus importante est que nous puissions nous asseoir pour dialoguer et identifier les problèmes afin d’éviter que des situations de cette nature se produisent à nouveau. »

La secrétaire d’Etat a indiqué que « ce sont des situations extrêmes que nous ne voulons plus vivre, aujourd’hui, nous devons donner à nos travailleurs des conditions de travail dignes et qui se respectent. »

Elle a annoncé avec le ministre des Transports, Andrés Gómez-Lobo, la mise en place d’une table de travail tripartite avec les travailleurs et les représentants des entreprises Transantiago afin d’analyser la situation de l’emploi des travailleurs de ce secteur.

Marco Antonio Cuadra Saldías a été licencié malgré le fait d’être président du Syndicat n°2 des travailleurs de Carbus. Pour cette raison, l’Inspection du Travail a déterminé sa réintégration, mais la compagnie ne l’en avait pas informé, selon les informations rapportées par Chilevisión.

Selon la plainte déposée par la société le 23 mai dernier qui demandait la destitution du dirigeant – ainsi qu’un autre employé – pour manquement grave aux obligations du contrat, « tous les deux ont refusé de fournir les services contractuels (…) ils occupent leur lieu de travail, enregistrent leur entrée et refusent de travailler, c’est-à-dire ils refusent de conduire le bus qui leur a été attribué, en disant qu’il est dirigeant syndical et qu’ils ne conduisent pas dans de telles conditions en restant assis ou en se retirant du lieu de travail. »

Le chauffeur a indiqué à ses collègues par un message WhatsApp qu’il allait commettre ce fait.

Publié sur El Mostrador le 2 juin 2014

Auteur : CHRISTIAN BUSCAGLIA/El Mostrador

Traduction de EM pour hastasiempre.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six + 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>