Cuba: La vache et le nabab

fidelPar Françoise Lopez

Arte, dans son émission « 28 minutes » du 22 mai, présentait le « livre qui change l’histoire » selon l’Express, « La vie cachée de Fidel Castro » de Juan Reynaldo Sanchez*, un ramassis de vieux ragots mille fois rabâchés en 50 ans de haine anti-communiste et anti-castriste.

Un panel d’invités tous plus anti-castristes les uns que les autres s’étonnait qu’il « y ait encore des Castristes ! » (sic) Nous, ça nous a bien fait rire parce que nous, oui, on en connaît, des Castristes, c’est à dire des gens qui savent qui est réellement Fidel Castro, qui savent quelle œuvre monumentale il a accomplie avec son équipe de guérilleros dans une Cuba exsangue après des années de dictature pro-américaine et d’occupation larvée.

Une Cuba où le taux d’analphabétisme atteignait des sommets et qui, deux ans après à peine était déclarée par l’UNESCO (une organisation des Nations Unies qui ne peut être suspectée d’être pro-communiste) « territoire libre d’analphabétisme ».

Une Cuba où la majorité de la population n’avait pas accès aux soins et qui bénéficie depuis le triomphe de la Révolution d’un système de Sécurité Sociale unique au monde. Une Cuba qui ne comptait que 3 universités et où, à présent, les études, que tous les élèves peuvent poursuivre jusqu’au terme de leurs capacités, sont gratuites pour tous… Il serait fastidieux de faire ici, une fois de plus, la liste de tous les acquis de la Révolution Cubaine mais quelqu’un disait un jour « Si le monde savait qui est Fidel Castro, la Révolution serait universelle ». Et c’est bien cela qui fait peur aux sbires de l’Express et des médias dominants… Un trop bon exemple, c’est à dire pour eux, un mauvais exemple à abattre à tout prix.

Alors, on lui reproche tout et n’importe quoi. Parce que, pour descendre quelqu’un en flammes, il faudrait au moins un peu d’intelligence… La vie de Nabab de Fidel Castro, titre l’Express… Ah oui, Fidel Castro possède une vache. Vous riez ? Vous avez raison. Allez dans nos campagnes françaises où les propriétés n’atteignent pas la superficie des latifundios qu’on trouvait à Cuba avant la Révolution et là, on vous rira au nez. Un paysan qui ne possède qu’une vache, c’est un pauvre paysan, pas un Nabab…

Il possède aussi une propriété où il réside. Scandale ! A Cuba, personne ne possède rien, donc, Fidel ne doit rien posséder. Sauf que 80% de la population cubaine est propriétaire de son logement… Donc, même si Fidel possédait la propriété qu’il habite, il ne s’agirait pas d’un passe-droit.

A Cuba, tout le monde a un toit. « 2 millions d’enfants vivent dans la rue dans le monde, pas un seul n’est Cubain » disait, il y a quelques années, une pancarte à l’entrée de La Havane. C’était vrai alors et ça l’est toujours. Personne à Cuba ne vit dans la rue et les Cubains en sont très fiers, à juste titre.

Bon, il serait fastidieux aussi de reprendre une par une toutes les inepties que raconte ce torchon. Je vais donc m’arrêter là mais n’en déplaise à l’Express, non, ce livre ne changera pas l’histoire, il n’apporte rien de nouveau et rien d’intelligent, ce qui est plus grave. Rien de fondé, non plus, mais ça, on le savait déjà.

Quant à l’Histoire, qui a déjà acquitté Fidel, elle n’acquittera sûrement pas l ‘Express ni Juan Reynaldo Sanchez, l’auteur du dit torchon. Mais il, ça lui est égal, car c’est l’argent qui l’intéresse et pour calomnier un des plus grands hommes du XX° et du XXI° siècles, il a dû en toucher beaucoup…

Françoise Lopez

Source: http://cubanismo.net/cms/fr/articles/cuba-la-vache-et-le-nabab

 

Mots-clefs :, , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 − deux =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>